Bob Peak (1927-1992)

Posté par sur Sep 30, 2016 dans Illustrateurs | Aucun commentaire

Avant — il y a bien longtemps — l’affiche relevait autant de l’art que de la technique. En ce temps béni pré-photoshop, elle était était illustrative, dessinée, peinte ; et s’y téléscopaient perspectives, couleurs, typographies et, pour certaines, un réel génie de dessinateur.

Car voyez vous chers visiteurs, au XIX et XX siècle, on ne s’improvisait pas affichiste.

Cet art, tombé en désuétude depuis, a offert de Mucha à Cassandre, de Paul Iribe à Noriyoshi Ohrai, tout un courant graphique qu’à l’ère du vectoriel et du bitmap, il est bon de (re)découvrir.

Commençons par Bob Peak, le « Père de l’affiche hollywoodienne moderne », et dont bon nombres de travaux ont marqué le septième art.

Pour les non-millenials, les affiches de My fair lady (1964), Modesty Blaize (1966), Camelot (1967), Superman (1978) ou Star Trek (1979), c’était lui.

bob-peak-camelot

bob-peak-great-waltz

modesty-blaise-bob-peak

my-fair-lady-bob-peak

 

Quel adolescent des années heigtie’s n’a pas rêvé face à la puissance évocatrice des visuels ci-dessous ?

 

star-trek-the-motion-picture-1979

apocalypse-now-bob-peak-art

bob-peak-excalibur

Alors c’est qui Bob Peak ?

C’est un peintre et illustrateur américain né le 30 mai 1927 à Denver. Sa première rencontre avec l’Art date de ses sept ans, lorsque sa mère (employée chez Wallmart)  lui offre pour Noël un kit complet de création graphique pour débutant.

Résultat : fibre artistique précocement développée (pensez-y lorsque vous ferez des cadeaux à vos enfants).

Au décès de sa maman, le petit Bob part vivre avec son père à Wichita, Kansas, puis s’engage à sa majorité dans la Navy avant d’intégrer l’Art Center Colege of Design à Pasadana en Californie où il rencontra Lucille Tedesco, sa future femme.

En 1951, Bob Peak sort de l’école avec les honneurs et s’installe à New York où il entrera à l’Art Student League of New-York.

Il rejoint l’Alexander E. Chaite Studios, une des principales agences d’illustrateurs avec laquelle il signera la campagne pour le bourbon Old Hickory.

old-hickory-2-bob-peak

bob-peak-old-huckory

 

 

Il commence sa carrière comme illustrateur de mode, art alors très en vogue dans les magazines, et met son talent aux service de nombreuses marques de consommation courante tels que Pepsi, Marlboro, Winston ou encore 7’up.

 

bob-peak-winston-cigarettes

bob-peak-7-up

bob-peak-fiat

 

Bob Peak illustra aussi de nombreux magazines, comme Esquire, Sports Illustrated, Parents, ou Time (pour lequel il réalisa plus de quarante couvertures) et le TV Guide.

 

bob-peak-tv-guide-2

bob-peak-tv-guide-1

tv-guide-3

 

Par son art, qu’il voulut comme une passerelle entre celui de Norman Rockwell et Coby Whitmore, L’Artist Guilde of New-York le nommera « Artiste de l’année » en 1961. En 1977, il intègrera la prestigieuse New York Society of Illustrators Hall of Fame ».

En 1984, il créa les timbres officiels (pour l’U.S. Postal) des jeux olympiques de Los Angeles ainsi qu’une série d’illustrations sur différentes disciplines, comme celles-ci :

 

bob-peak-olympic

jeux-olympiques-1984

jeux-olympiques-1984-lutte

 

Bob Peak, c’est avant tout l’esthétisme d’une époque, des teintes directes et saturées, des ornements à n’en plus finir, une oscillation entre le baroque pictural et la démesure graphique d’un kaléidoscope de couleurs.

Il ne suivait pas, il devançait, inventait, révolutionnait.

Petite sélection :

 

bob-peak-rollerball

bob-peak-the-year-of-living-dangerously

bob-peak-the-voyage

star-trek-khan-bob-peak

apocalypse-now-affiche-inedite

bob-peak-the-missouri-breaks

bob-peak-pennies-from-heaven

dark-crystal-bob-peak

bob-peak-excalibur-2

star-trek-by-bob-peak

bob-peak-l-espion-qui-m-aimait

bob-peak-brando-apocalypse

bob-peak-pennies-from-heaven-poster

bob-peak-the-island

foire-des-tenebres-bob-peak

bob-peak-lady

bob-peak-license-to-kill-Timothy-Dalton

peaksomething-wicked-this-way-comes

bob-peak-clint-eastwood

bob-peak-winter

bob-peak

 

Bob Peak en signera plus d’une centaine ; œuvre pour laquelle il sera récompensé par la «Lifetime Achievement Award» délivrée par le Hollywood Reporter pour sa contribution à l’industrie cinématographique.

 

bob-peak-academy-players-directory-1981

 

À cette occasion, Leonard Maltin, critique et historien du cinéma américain dira :

 « Dans toute l’histoire des affiches de cinéma, seule une poignée d’artistes ont réussi à se tailler un style unique et facilement identifiable. Bob Peak est l’un d’eux. Sa signature est d’arriver à être tout aussi efficace dans la promotion d’une grande variété de films, allant de la science-fiction à la comédie musicale, et dans tous les cas, les cinéphiles savaient qu’il s’agissait de l’œuvre de Bob Peak. Dans mon esprit, ses affiches des grands films des années 1960,70, et au-delà sont inséparables des films eux-mêmes. »

Plutôt flatteur à l’attention d’un homme qui ne se considéra jamais autrement que comme un simple « artiste commercial ».

Quelques affiches toutes époques confondues pour la route :

bob-peak-yakuza

 

petulia-bob-peak

our-man-flint

 

every-which-way-but-loose

sphinx-bob-peak

the-sphinx-bob-peak-sketch

 

Quelques dessins :

 

bob-peak-gary-cooper

bob-peak-my-fair-lady-dessin

sketch-burt-lancaster

bob-peak-dessin-3

bob-peak-exposition-san-clemente

marlon-brando-bob-peak

bob-peak-piano

bob-peak-joe-di-maggio

bob-peak-pin-up

bob-peak-femme-avec-rose

 

Bref, classe.

 

Site officiel : http://bobpeak.net/

 

 

Répondre