paris-steampunk

 

yohan-heliot-la-lune-seule-le-sait

 

Printemps 1889. Un vaisseau hybride de chair et de métal fait irruption dans le ciel de Paris, stupéfiant la foule venue célébrer la clôture de l’Exposition universelle. L’humanité entre en contact avec les extra-terrestres Ishkiss et découvre une technologie qui surpasse ses rêves les plus fous.

Dix ans plus tard, l’Europe s’est transformée grâce à l’alliance rendue possible entre la vie et le métal. Pourtant, la révolte gronde, menée par les artistes et les écrivains exilés en Amérique. La science fabuleuse apportée par les créatures d’outre-espace est devenue un instrument d’oppression entre les mains de l’Empereur français. Les droits des peuples sont bafoués, les opposants déportés grâce à la nef ishkiss vers le nouveau bagne que Louis Napoléon vient d’inaugurer dans les entrailles de la Lune.

Quels sont les véritables desseins des alliés du maître de l’Empire ? La réponse offre la clé de l’éternité. Un seul homme sur terre est peut-être capable de l’entrevoir : celui dont les rêves à présent dépassés ont à longueur de pages fasciné ses semblables…

La Lune seule le sait a été récompensée par le prix Rosny-Ainé 2001 du meilleur roman de science-fiction francophone.

Né en 1970, Johan Eliot est l’auteur de cinq romans et d’un recueil de nouvelles fantastiques, Obsidio, paru dans la collection « Lunes d’encre » aux éditions Denoël. Avec Thomas Day, Ugo Bellagamba ou Xavier Mauméjean, il est considéré comme l’un des nouveaux chefs de file de l’imaginaire francophone.

Édition révisée par l’auteur

 http://www.folio-lesite.fr/SF-Fantasy

 

Répondre