action-silver-by-sam-van-olffen-2016

On l’oublie souvent mais avant James Bond, Danger Diabolik, et Coplan, il y avait… Action Silver !

Misogyne, égoïste et égocentrique, Action Silver est un justicier masqué officiant au service d’un employeur privé l’envoyant aux quatre coins du monde pour faire rétablir l’ordre et la justice (mais toujours contre un gros chèque).

Son ennemie intime est la terrible Lady Green (car toujours de vert vêtue) qui a une bonne raison de lui en vouloir puisque amants éperdus quelques années auparavant, Silver l’a quitté pour sa nouvelle associée, une truculente agente secrète de dix ans sa cadette : Miss Dora. Jalouse et ouvertement rancunière, Lady Green a donc décidé de non seulement faire payer les deux amants, mais aussi le monde entier qu’elle compte bien mettre à ses pieds.

On trouve de tout chez Action Silver, un robot géant façon Keiju Eiga détruisant Chicago, des femmes emprisonnées, une bad girl sadique et démoniaque, de l’amour, de l’aventure, un peu de sexe, de l’action et une bonne dose d’auto dérision.

Échec cuisant lors de sa sortie, Action Silver ne connaîtra pas d’autres aventures mais la tentative n’aura pas été vaine. En effet, après l’avoir visionné, un jeune militaire de la royal air force se découvrant des velléités d’écrivain créera son premier personnage de roman. Et, plus tard, quand la  question « Comment vous est venue l’idée de James Bond » lui a été posée, Ian Fleming répondra :

« J’ai créé James Bond après avoir vu Action Silver. J’étais bluffé. Tout était si extraordinaire, si incroyable, le rythme, les rebondissements, que je me suis juré sinon de faire mieux, au moins aussi bien. Voilà comment est né 007. »

Répondre